Rechercher

Allô, allô ! Je m’appelle Martine Fraser et au cas où vous ne le sauriez pas, je suis votre travailleuse de rang pour la Mauricie. « Une quoi », me direz-vous? Ok. Je retourne aux bases. Une travailleuse de rang, c’est une intervenante sociale qui travaille spécifiquement auprès des producteurs/rices agricoles et leurs familles.



Concrètement, c’est quoi mon travail?


Un peu comme le travailleur de rue, ma job c’est d’aller à votre rencontre, dans vos fermes,

dans vos maisons et de voir avec vous comment je peux vous aider. Votre métier est complexe, rempli de défis et les problématiques qui peuvent en découler sont nombreuses. Que ce soit relié à du stress, à une surcharge de travail, à des conflits familiaux et professionnels ou encore à des remises en question, je peux vous aider. Mon but, c’est de vous outiller afin que vous puissiez demeurer a


J’agis en collaboration avec les diverses organisations et ressources sur le territoire afin de vous offrir le meilleur des services. Si vous avez besoin de décrocher de votre réalité, la maison ACFA à Saint-Hyacinthe existe pour vous donner un répit le temps de vous remettre sur pied, de prendre du recul, tout en travaillant avec une intervenante.



La réalité agricole


Vous vous demandez sûrement si les services que j’offre via ACFA sont adaptés à votre réalité, si je comprends bien ce que vous vivez, et si les solutions que je vous propose concordent avec vos besoins. La réponse, c’est OUI!


Les intervenantes d’ACFA ont une compréhension très forte de la réalité agricole et c’est ce qui fait notre force. Nous sommes flexibles et surtout sensibles à vos enjeux, c’est-à-dire que nous nous adapterons à vos heures de travail et au temps que vous avez à nous accorder. En gros, ça veut dire que si vous avez 30 minutes à 7h du matin ou 1h à 19h le soir, c’est possible qu’on puisse prendre rendez-vous à cette période-là. Si vous annulez votre rencontre 10 minutes d’avance parce qu’une vache est en vêlage ou parce que vous avez un flat sur un tracteur, ON COMPREND. On remet et c’est tout, simple de même !



Comment ça marche?


Il existe 3 façons de joindre votre travailleuse de rang. La première est via le site d’ACFA ainsi que son numéro de téléphone 450-768-6995. La deuxième est de joindre par courriel Martinefraser@acfareseaux.qc.ca et finalement, vous pouvez toujours passer par Facebook. L’organisme a également une ligne d’appel pour les heures hors bureau où vous pouvez joindre une intervenante rapidement.

Que ce soit pour vous ou pour un proche, la règle d’or : NE JAMAIS HÉSITER. Nous sommes là pour vous.


Martine Fraser, travailleuse de rang de la Mauricie






Les avantages de la RAM

Être membre de la relève agricole donne de nombreux avantages comme 50% de rabais sur les services SCF conseils jusqu’à concurrence de 300$, 20% à l’achat d’un logiciel SIGA et des rabais à l’achat de logiciels par Financement agricole Canada. De plus, l’adhésion permet aux membres d’avoir accès à de nombreux services conseils fournis par l’Union des producteurs agricoles du Québec. Pour les jeunes qui démarrent leur entreprise et qui ont besoin de soutien dans cette période charnière.



Des liens à développer

Au-delà de ces avantages, c’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres jeunes de partout au Québec qui partagent la même passion et d’échanger avec eux sur les différentes pratiques en agriculture. Les longues heures de travail en agriculture restreignent les opportunités de rencontres. Le réseau de la FRAQ, permet d’avoir accès rapidement à des centaines de jeunes qui ont la même passion. C’est également l’occasion de partager ses préoccupations. Les difficultés que vivent les jeunes se ressemblent d’une ferme à l’autre. La RAM, c’est la possibilité de trouver collectivement des solutions aux problèmes.


En tant que membre, vous pouvez proposer une résolution à votre assemblée générale régionale et provinciale. Il s’agit d’un état de situation sur une problématique précise et une demande à une organisation pour apporter un changement. Si adoptée à la majorité ou l’unanimité, elle devient un mandat pour la FRAQ ou votre association/syndicat régional.

Finalement, nous organisons plusieurs activités sociales et de formation au cours de l’année, pensons notamment à notre bière et saucisse où tous les membres sont invités à sortir de leur quotidien et discuter dans un cadre plus festif.


S’impliquer dans la relève c’est plus que d’obtenir des avantages au membres, c’est avant tout de faire parti d’un mouvement de jeunes passionnés d’agriculture et qui à cœur l’alimentation du Québec de demain.


Inscription à la RAM : https://acces.fraq.quebec/fr/devenir-membre/adhesion/






Jean-Félix Morin-Nolet

Président de la Relève agricole de la Mauricie








Le territoire de la MRC et son usage

La MRC Mékinac possède un grand potentiel agricole. En effet, l’activité agricole est la deuxième activité économique en importance dans la MRC de Mékinac après le secteur forestier. À lui seul, le secteur agricole génère plus de 5 millions de dollars annuellement en investissements sur le territoire, tout en générant des revenus supérieurs à 43 millions de dollars. De plus, une enquête effectuée par Emploi Québec dévoile que plus de 20 % des emplois de la MRC de Mékinac sont directement liés au secteur agricole.


Malgré cela, Mékinac n’a pas encore atteint son plein potentiel agroalimentaire et un nouveau souffle dynamise actuellement le secteur. Une relève se pointe, une sensibilisation à la valeur ajoutée des produits voit le jour et des projets structurants pour la pérennité de nos entreprises se mettent en œuvre.


Source : https://www.mrcmekinac.com/wp-content/uploads/PDZA-Rapport_Final_v04.pdf

La vocation agricole domine le paysage du territoire habité de la MRC de Mékinac. La zone agricole, telle que définie par la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles du Québec, occupe 25 % du territoire des municipalités et 8,5 % de l’ensemble du territoire. Le territoire de certaines municipalités est presque entièrement voué à l’agriculture, dont les municipalités de Saint-Séverin (99,4 %) et de Saint-Adelphe (98,6 %).


L’activité agricole de Mékinac s’articule principalement autour des élevages de bovins laitiers et de bovins de boucherie pour la production animale et des cultures de céréales, protéagineux et fourrages en production végétale. Mékinac offre aussi une diversité agricole intéressante. En plus des productions citées précédemment et des productions traditionnelles présentes sur le territoire, des productions non-traditionnelles telles que l’horticulture, les produits forestiers non ligneux, l’asclépiade, l’élevage de dindons, de lapins et de cerfs sont en progression.


Source : https://www.mrcmekinac.com/wp-content/uploads/PDZA-Rapport_Final_v04.pdf

Mékinac n’a pas de western que le Festival western de Saint-Tite. Il semble y avoir un regain d’intérêt également pour l’élevage des chevaux à des fins de loisir et de compétition. En effet, 30 entreprises effectuant l’élevage de chevaux ont été dénombrées en 2005. Ce nombre ne comprend pas les chevaux gardés pour le loisir.


Le secteur de la transformation agroalimentaire joue un rôle primordial dans l’économie locale. Depuis quelques années, la transformation agroalimentaire régionale a tendance à se développer vers certains marchés créneaux. Cette orientation permet au secteur de se développer en accord avec les matières premières disponibles sur le territoire. Mékinac compte sur une trentaine d’entreprises de transformation agroalimentaire œuvrant dans des domaines tels l’abattage d’animaux et la transformation alimentaire destinée à la consommation humaine et animale. À elles seules, ces entreprises supportent plus de 120 emplois directs.



Source :https://www.mauricie.upa.qc.ca/syndicats/syndicats-locaux/syndicat-upa-de-mekinac

1
2